Sommaire

 

L'IRM hépatique est un examen médical permettant d'explorer finement le foie et les structures annexes, comme la vésicule biliaire ou le pancréas. Généralement prescrite pour améliorer le diagnostic d'une échographie ou d'un scanner, l'IRM hépatique est indispensable pour la caractérisation des lésions du foie.

Qu'est-ce qu'une IRM hépatique ?

L'IRM est une technique d'exploration médicale récente qui permet d'obtenir des clichés en 3 dimensions des organes étudiés. Contrairement à la radiographie et au scanner, l'IRM n'utilise pas de rayons mais de gros aimants. L'IRM peut être utilisée pour étudier différentes parties du corps. Quand il s'agit de la région du foie, on parle d'IRM hépatique : ce type d'IRM permet de visualiser le foie, les organes annexes et les voies biliaires avec une grande précision.

Pourquoi pratiquer une IRM hépatique ?

L'IRM hépatique est souvent prescrite en complément d'autres examens médicaux et permet notamment de :

  • caractériser une anomalie hépatique ;
  • confirmer ou détecter des lésions hépatiques ;
  • explorer les voies biliaires et les vaisseaux ;
  • calculer la charge hépatique en fer (notamment dans le cadre du suivi d'une hémochromatose, maladie génétique caractérisée par une surcharge en fer) ;
  • étudier des hépatopathies (maladies du foie) diffuses comme les cirrhoses.

Déroulement d'une IRM hépatique

IRM hépatique : préparation de l'examen

Le patient est invité à retirer ses vêtements ainsi que ses bijoux qui pourraient faire dysfonctionner l'IRM. Si l'IRM nécessite une injection d'un produit de contraste, une perfusion est posée. Le patient est ensuite installé, vêtu d'une blouse, sur la table de l'IRM.

IRM hépatique : ​déroulement de l'examen

Lors de l'examen, la table d'IRM glisse dans un cylindre relativement bruyant. Des bouchons d'oreilles ou un casque peuvent être utilisés pour réduire la gêne occasionnée. Pendant la prise des clichés, il est nécessaire de rester immobile. On peut également demander au patient de retenir sa respiration pour obtenir des images parfaitement exploitables. La durée de l'examen n'excède généralement pas 40 min.

IRM hépatique : ​résultats de l'examen

L'IRM hépatique permet d'obtenir des clichés très précis du foie et de ses annexes. Cette technique permet également de calculer l'éventuelle surcharge en fer du foie. Pendant l'examen, de nombreux clichés sont générés. Ils sont analysés par le radiologue et font l'objet d'une étude minutieuse. Généralement, le praticien peut vous faire un rapide compte rendu de l'examen, mais il faut attendre quelques heures afin de récupérer l'ensemble des clichés (enregistrés sur CD rom).

Existe-t-il des contre-indications pour passer une IRM hépatique ?

Il existe des contre-indications absolues et des contre-indications temporaires à passer une IRM hépatique.

  • La présence d'éléments métalliques dans le corps (que ce soit sous forme d'un pacemaker, de prothèses ou d'éclats métalliques) contre indique formellement l'utilisation d'une IRM.
  • Les personnes présentant des dispositifs transitoires ferromagnétiques doivent attendre pour passer une IRM.
  • Les patients souffrant d'insuffisance rénale ou les personnes allergiques au produit de contraste ne doivent pas passer d'IRM avec préparation. En effet, l'utilisation du gadolinium est contre-indiquée dans ces cas.

Aussi dans la rubrique :

Symptômes et diagnostic du cancer du foie

Sommaire